Entretien avec Ulrich BOHNER, président de la Maison de l’Europe Strasbourg-Alsace

Question : Comment est né le projet de la Maison de l’Europe de Strasbourg ?

U.B. : Ce projet est né d’une double approche, d’une part de la Fédération des Maisons de l’Europe, présidée par Catherine Lalumière, qui appelait de ses vœux l’implantation d’une Maison de l’Europe dans la capitale européenne, et d’autre part de la Ville de Strasbourg et de la CUS, intéressées par toute structure locale permettant de promouvoir le rôle de Strasbourg en Europe.

Question : Quelles sont les activités de la Maison de l’Europe de Strasbourg ?

U.B. : L’objectif principal est de favoriser les débats autour de thèmes européens et de profiter de la présence des institutions européennes pour rapprocher le débat des citoyens, afin de répondre au déficit de l’Europe dans ses relations avec ces derniers. Il s’agit donc de favoriser les échanges permettant aux citoyens de se familiariser avec les institutions, de s’informer, mais aussi de faire entendre leur voix. De nombreux débats, tables-rondes sont organisés : récemment, un débat avec les Indignés, ou encore, la projection du film « Les éclaireurs » sur l’accueil des demandeurs d’asile à Strasbourg ; et bientôt, un débat sur le droit au logement, ou encore avec Daniel Cohn-Bendit et Guy Verhofstadt sur leur manifeste sur l’Europe fédérale. Les acteurs de la scène européenne jouent le jeu et participent volontiers à ces débats. Nous avons aussi actuellement un projet nommé « Mémoire d’Europe, Mémoire de paix », pour lequel nous recueillons en collaboration avec l’IEP de Strasbourg des témoignages de personnalités sur la façon dont ils ont vécu la construction européenne de 1948 à nos jours. C’est un très beau projet qui devrait déboucher sur une publication, peut-être un documentaire, et d’autres initiatives à développer avec le Mémorial d’Alsace-Moselle ou encore le « lieu de l’Europe » à Strasbourg.
Nous communiquons sur nos activités grâce à notre site internet, mais aussi grâce aux nombreux partenaires qui sont impliqués dans ces diverses initiatives.

Question : Quels sont les relations que vous entretenez avec les Eurodistricts et la coopération transfrontalière ?

U.B. : Nous espérons développer la dimension transfrontalière de nos activités, et notamment avec l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. Le défi de la construction européenne est de rendre les frontières perméables pour le citoyen : de nombreuses avancées ont eu lieu, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous avons organisé récemment un débat sur les enjeux environnementaux et le transport dans l’espace frontalier avec le Ministre de l’environnement de la République et Canton du Jura, qui a été l’occasion de présenter les différences de structures et de processus décisionnels en France et en Suisse. Il existe aussi des maisons de l’Europe en Allemagne, sur un modèle un peu différent, vers lesquelles nous pourrions nous tourner à l’avenir.

Question : Etes-vous impliqués dans le projet de lieu de l’Europe porté par la Communauté urbaine de Strasbourg ?

U.B. : Cette structure nous intéresse évidemment beaucoup, dans la mesure où elle devrait permettre d’organiser des débats près des institutions européennes. Elle devrait aussi accueillir le Centre d’information sur les institutions européennes, qui possède de nombreuses ressources documentaires pour les citoyens. 

Pour plus d’informations :

Site internet de la Maison de l’Europe Strasbourg-Alsace :
www.mesa-strasbourg.eu

Flux RSS / Copyright IGT.ITG / Mentions légales / Site réalisé par La Fabrique ouèbe & AR-Graphic / Admin